Ce franchisé Carrefour transforme ses toits en centrales électriques

Grâce à près de 700m2 de panneaux photovoltaïques sur le toit, le Carrefour Market de Bessèges, dans le Gard, compte maîtriser sa facture électrique en misant sur l’autoconsommation. 

Les enjeux
  • Maîtriser sa facture d’électricité
  • Affiner sa consommation en surveillant finement l’exploitation
Les chiffres
  • 8 dossiers lauréats des appels d’offres gouvernementaux fin 2016-début 2017
  • 2 magasins raccordés en mai 2018 (Bessèges et Les Vans)

À Bessèges, dans les Cévennes, le soleil brille plus de 2 660 heures par an en moyenne. Un atout sur lequel mise le multifranchisé Antoine Viguier, propriétaire de quatre supermarchés Carrefour Market, dont celui de Bessèges (1 800m2), et locataire-gérant de cinq autres dans le Gard, l’Ardèche et l’Hérault. Le 22 mai, Enedis a raccordé au réseau la centrale photovoltaïque en toiture du magasin de Bessèges. Les simulations montrent que sa production d’électricité constituera au moins 20%, voire 30% de sa consommation.

« Avec l’augmentation continue du prix de l’électricité, on est obligé de réfléchir à des solutions pérennes pour maîtriser la facture. Un tiers de la surface du magasin est occupé par des meubles froids, gourmands en énergie », justifie Antoine Viguier. Les travaux d’économie d’énergie menés en 2017 (installation de meubles froids à porte, adoption de l’éclairage à les) avaient juste permis de compenser la hausse des tarifs de l’électricité. Soucieux de maîtriser ses coûts et d’améliorer le bilan carbone du magasin, le manager réfléchit au potentiel du photovoltaïque depuis 2012. « Il y a quelques années, il fallait dix, voire douze ou treize ans, pour atteindre le retour sur investissement (ROI). » À l’été 2016, un appel à projets gouvernemental avec prime à l’autoconsommation rend l’opération intéressante. « Avec la forte baisse du prix des panneaux solaires, par ailleurs plus performants, le possible sur amortissement de l’investissement et des taux bancaires très bas, le ROI baissait vers six à huit ans. »

Verdict à « la premiere facture »

Antoine Viguier s’engage sur un dossier promettant un ROI de neuf ans. « Je me suis laissé un an de plus pour tenir compte des aléas d’ensoleillement ou techniques. » Pour prestataire, il voulait un acteur « solide et à taille humaine » et a choisi Apex Energies, opérateur montpelliérain de photovoltaïque depuis vingt-cinq ans. « Entre l’acceptation et le branchement, tout a été bouclé en un an. C’est ce que nous avions prévu : je voulais être prêt au printemps », lance Antoine Viguier.

Calibrée à une puissance de 120 kilowatts-crête (kWc), l’installation devrait produire 140 Mwh par an, soit plus de 4 000 MWh sur trente ans. « J’attends la première facture pour voir l’impact de la centrale », dit Antoine Viguier. Le manager sera très attentif aux résultats de l’exploitation, qu’il pourra suivre au quotidien sur écran, grâce à une solution fournie par Apex Energies. Il pense déjà à ajuster la position des panneaux, voire à en augmenter le nombre pour obtenir de meilleures performances. Enfin, il fait partager aux clients du magasin les résultats de production, diffusés sur un écran à l’entrée du supermarché…

Le Carrefour Market de Bessèges fait partie d’un programme global : Antoine Viguier avait soumis huit dossiers à l’appel d’offres gouvernemental. Tous ont été lauréats, en novembre 2016 ou mars 2017. Mais deux n’ont finalement pas abouti pour des raisons techniques. En revanche, le Carrefour Market Les Vans, en Ardèche, a été raccordé au réseau le 16 mai. Antoine Viguier souhaite aussi poser des panneaux sur ses magasins en location-gérance.

 

Écrit par Sylvie Brouillet, à Bessèges pour le site Internet LSA Commerce & Consommation